Ce week-end s'annonçait fumant pour un mois de Mars et ce fut le cas. Ce fut l'occasion pour certains volants du club de s'essayer à des contrées plus sauvage, plus reculées et surtout plus pauvre en auto-stop : la Chartreuse.

Cela avait pourtant bien commencé. Nous avions accompagné Jess pour son premier Saint Eynard. Mais il en a fallut d'un pour bousculer l'agenda, JB :

« Je suis à 2100m au dessus des crêtes, je pars sur Chamechaude ! »

Pardon ?! A l'instant, on se disait avec Ju que ce n'était pas faisable ou souhaitable aujourd'hui ! Bon et bien, on le rattrapera par la Scia. Il y a un gros cumulus qui s'est formé au dessus, ça doit bien porter ce truc.

Ju est le premier à la Dent de Crolles puis à la Scia :

« Je suis à 2800m. Ça monte sans problème. Je transite sur le Grand Som ! »

Non mais attendez-moi, me dis-je. Je suis en effet un peu à la rue. J'ai eu du mal à monter sur le Dent. Mais je vois bien Ju satellisé sous le nuage. Vous savez, le petit point qu'on a du mal à distinguer de loin et qui oscille entre le blanc du nuage et le bleu du ciel.

« On se rejoint au Grand Som ? », lance JB à l'adresse de Ju.

« Vendu ! » (j'ai édulcoré la réponse ;-)

J'arrive tant bien que mal au sommet de la Dent pour transiter quelques minutes plus tard sur la Scia. En effet, ça monte bien avec un petit 5m/s. Les planeurs l'ont aussi bien senti. Ils sont 4. Je vais me faire tout petit pour ne pas les énerver, des fois qu'ils cherchent à défendre leur territoire.

Au loin, les deux autres se sont retrouvés au Grand Som et prennent de la hauteur. Je les entends à la radio se mettre d'accord pour tenter le Granier par les faces Ouest. De toute façon, dixit JB : « c'est fufu aujourd'hui, ça monte partout ».

Je fais mon gain à 2900m sous le nuage et fait l'impasse sur le Grand Som et son joli nuage au dessus. Cela sera pour une prochaine fois, je vais essayer de les rattraper en leur coupant la route avec une étape de moins. Je transite donc vers eux : direction Saint Pierre d'Entremont, enfin dans un premier temps.

Je les vois finalement atteindre la falaise au Nord du Grand Som, qu'ils cherchaient à rejoindre. Mais surtout, je les vois zéroter sur la forêt en dessous et s'espacer pour mieux trouver les ascendances. Cela ne me dit rien qui vaille... Aussitôt, j'empoigne ma radio :

« Heu... les gars, c'est comment où vous êtes ? »

« C'est la merde, y a rien ! Va rejoindre les faces Ouest du Granier directement ! »

Changement de cap ! Direction les rochers du Fouda Blanc. Pas envie de me battre sur de la forêt pour finalement faire quelques mètres. Et puis, ils sont déjà deux dans de beaux draps, il en faudrait pas un troisième sinon qui ira les récupérer quand ils auront vacher ?

Pendant ce temps, j'entends à la radio l'autre partie du club qui a transité sur Belledonne. Ça semble le faire. On va faire ça comme plan de secours : Granier, un peu de gain puis Belledonne.

Je rejoins sans trop de mal le Granier mais en cherchant à monter un peu, je me rend compte que plus rien ne donne pour me donner suffisamment de gain pour aller en face. Tristesse... je ne pourrai pas élargir mon triangle FAI...

Je rentre donc le long des faces Est, quasiment éteintes (je n'arrive même pas à rester sur la crête, c'est dire). Mais j’atterris à Lumbin en même temps que les crosseux de Belledonne.

Mes deux autres compères en Chartreuse, eux, ont réussi à se refaire un peu mais juste à peine pour aller se vacher au pied du Granier, en face Ouest. Heureusement qu'il y en a qui sont bons pour rentrer et qui peuvent aller chercher les copains quand ils vachent et ne trouvent pas de stop :D