Un tour en haute altitude

Un tour en haute altitude

Pour la suite des vacances avec Florian, après avoir bien profiter autour du lac de Serre Ponçon on décide d’aller voir de nouveaux horizons.

JB (https://www.laileetlacuisse.fr/les-ecrins-vus-de-tres-haut/) et Adrien (lien trace) m’ont longtemps fait réfléchir à la découverte des Écrins par Vallouise.

Après avoir échangé avec Flo et regardé les prévisions météos, on décide d’y aller pour quelques jours (10-12 aout). Après une après-midi sous la pluie (ça faisait longtemps que l’on avait pas eu besoin de se mettre à l’abri) et une découverte laborieuse le lendemain (pas dépassé 2 500 m, c’est bas dans le coin), les conditions ont l’air de se mettre en place pour le vendredi. Le vent météo de nord-ouest se renforce mais la couche convective à l’air d’être bien en place et devrait nous abriter du vent au dessus des crêtes.

Comme la veille on décide de monter à pied au déco depuis le centre de Vallouise. Le chemin est efficace et le dénivelé de 700 m est avalé rapidement. Une fois arrivé au déco on se rend compte qu’il y a un nombre impressionnant de déco depuis les pâturages encore plus haut. On a appris ensuite que certaines remontées mécaniques étaient ouvertes ce qui explique le nombre de voile nous survolant.

On temporise quasiment jusqu’à midi vu la difficulté à s’extraire la veille en décollant plus tôt. Nous avons de nombreux fusibles autour de nous, on devrait réussir à s’en sortir.

Décollage à 11h50, il me faut 25 min pour réussir à atteindre le décollage des remontées mécaniques après avoir batailler dans des petits thermiques. Flo est déjà bien haut, pas encore aujourd’hui que je vais pouvoir m’en servir de repère. Il faut coller la paroi pour trouver le prochain thermique mais avec les décollages plus haut je retrouve des nouveaux marqueurs.

Vue du déco et de la remontée sur la Blanche

40 min après décollé j’atteins enfin le sommet, les 3 000 m, je profite de la vue que je découvre et je commence à envisager la suite du vol avec les crêtes de la Blanche. A ce moment je sens que mon estomac m’indique que le vol ne devra pas trop traîner et que le tour de la vallée doit être rapide.

Il y a pas mal de monde au niveau du sommet de la Blanche mais beaucoup moins de monde dans la vallée à l’ouest. J’y vois Flo qui est perché largement au dessus des crêtes et je me dis que je vais essayer d’aller le rejoindre vers les sommets au fond (Sommet Sud des Bans d’après la carte vu après). J’arrive difficilement à dépasser la crête alors que je ne descend pas en dessous de 3 000 m, ils sont vraiment haut les massifs du coin. C'est joli la vue mais il ne vaut mieux se laisser descendre trop bas.

Je suis en retard sur Flo et je ne tente pas le fond de la vallée au vu du vent en altitude. Je préfère faire demi-tour pour réussir à le rejoindre dans un thermique. N’ayant pas réussi à dépasser les 3 500 m depuis le début du vol, il suffit de rejoindre Flo pour réussir à atteindre 3 800 m sans forcer.

Sur la crête de la Blanche avec Flo

Trouvant le vent trop fort en altitude et commençant à me faire bien brassé, je décide de partir vers le sud vers le sommet au dessus de Puy St Vincent (la Pointe de L’Aiglière à ce qu’il paraît).

L'objectif de la transition

Je n’arrive pas à transiter jusqu’au dessus du sommet et le raccrochage sur la crête n’est pas direct et il me faut un bon quart d’heure pour réussir à sortir. Flo aura fait quelques tours de plus dans le thermique avant de partir et ça lui a permis de raccrocher directement et partir directement vers le sud.

Je peux enfin passer au sommet pour ensuite réussir à monter à 4 030 m. NOUVEAU RECORD !!!

Par contre on peut avoir froid aux mains même en été. Pas anticipé ça mais ça reste encore supportable, on peut continuer. Vu mon retard sur Flo et mon besoin d'être rapide sur mon tour je file plein est pour viser le sommet en sortie de vallée.

Je ne trouve rien sur le trajet mais étant encore à 3 200 m je pars directement au nord sur le sommet de l’autre côte de l’entrée de la vallée montant à Vallouise.

Vue sur Briançon encore bien perchée

Le Parc des Ecrins depuis l'entrée de la vallée

J’ai beau être parti haut mais ça fait 20 min que le vario ne s’est pas fait entendre donc j’arrive sur le relief en dessous du sommet vers 2 200 m (je vous jure que c'est pas si haut que ça). J’ai essayé différent spot de recherche en dynamique et thermique mais il m’a fallu 10 min pour trouver un début d’extraction. Celle-ci a été compliquée tant que je ne dépasse pas les crêtes mais franchement plus facile une fois au dessus. Je ressort à 3 450 avec Flo qui est repassé devant en ne faisant pas le contour par l’entrée de la vallée. Il est encore au dessus mais j’ai suffisamment de marge avec le relief pour enchainer. On avait vu avec Flo que notre dernière branche serait vers la vallée au nord vers le col amenant à Le Monetier les Bains.


Au début de la remontée au vent vers le nord j’arrive à trouver des thermiques qui me permettent de rester en haute altitude mais en se pressant un peu trop je ne monte pas au max ou ignore des thermiques potentiels. Avec le vent de face qui se renforce je me rend rapidement compte que je n’arriverais pas jusqu’au col et pas la motivation de me battre pour le tenter, je fais demi-tour relativement tôt mais je veux être tranquille sur le retour jusqu’à l’atéro.


Je fait un retour contemplatif dans la vallée pendant que Flo continue son tour avec des sommets au nord de Vallouise.


Le Mont Pelvoux

Ce vol aura permit de se réconforter après la déception de la veille, de faire le record de plaf en passant les 4 000 m ce qui n'est pas si large que ça au vu des sommets du coin.

Ca motive à revenir tenter de rentrer dans le massif si les conditions le permettent


La trace de notre vol

FlyXc
FlyXC helps you planning and visualizing your XC flights and it integrates with the most popular live tracking platforms.

Ça conclut notre semaine de vacances dans les Alpes du Sud avec le frangin. On aura bien découvert des sites ainsi que l’aérologie locale. On s’en est bien sorti au vu des conditions prévus à chaque fois tout en évitant les orages.

Faudra revenir pour continuer la découverte des différents lieux.