Le pont de l'Ascension sera le week-end de reprise de beaucoup de parapentistes et aussi l'occasion de revoir les copains ! Donc on en profite pour reprendre ses marques et on vole.

Jeudi 21 mai : les conditions sont annoncées bonnes, de beaux plafonds à plus de 2000 et pas trop de vent (10 de N-NNO en altitude). On part sur un Saint-Hil classique avec un premier "plouf" à 10h. Cela semble très prometteur : parti pour un plouf, je fais Saint Bernard / Chateau Nardent sans problème. Je décide de poser car, je ne suis pas équipé pour voler longtemps. Après avoir manger un bout avec Alexis, on décolle à 12h15 du Sud après tout le monde. On part bille en tête vers Chateau Nardent, mais il faudra persévérer pour remonter au-dessus, c'est MOU ! Après une bataille de 15/20min, on décide de traverser le Manival. S'en suit un classique Saint Eynard (dégueulasse en mode montagne russe). On revient vers le Bec Charvet pour tenter la Dent avec Alexis. Personnellement, je m'engage au fond du Manival en grattant le cailloux, c'est pas le bon plan du jour. Alexis est plus malin en coupant sur le dessus de la crête, il arrivera à sortir plus tôt et plus haut. Après un peu de patience, j'arrive à raccrocher les gencives et à prendre le petit thermique que tout le monde attend depuis 30min (c'est qui le patron?!). Malgré cela, c'est pas fameux ! Je file au dessus de la forêt, on est en mode fuite en avant le couteau entre les dents. J'arrive à rattraper les autres qui ont décollé 40min avant. Entre temps, Alexis doit poser (petite vessie ^^). Avec un peu (beaucoup) d’acharnement, j'arrive à monter au dessus de la crête (la méthode : enrouler du +0.4 dans les petites combes la plume dans le cailloux sous les encouragements des randonneurs ^^). Et je file jusqu’au bout pour voir Chambéry. Une fois au bout, je reviens poser à Saint Hil. Pas facile la journée, des thermiques anémiques, cachés dans les combes : technique, mais intéressant.

Après un débrief avec les copains autour d'un bon gâteau (merci Jess), on se motive à plusieurs pour faire un tour du côté du Serpaton.

Vendredi 22 mai : malgré un léger voile on monte (avec Maëva, Antoine et Romain) confiant au déco du Serpaton pour rejoindre JB et JC. On décolle à 11h. JB est le premier à s'extraire par le Nord, je le suis en fin de cycle (je suis parti à 2000m). On raccroche bien les avant reliefs du Vercors sous les 2 Sœurs. On refait du gaz pour aller sur la crête du plateau, on est à 2500m (cela sent bon pour la transi au dessus de Grenoble !). Après c'est "facile", du cheminement jusqu'au Moucherotte. Je suis devant avec un gun (une D), lui il part en transi à 2350, mais moi je ne le sens pas (on m'avait dit : part à 2600). Donc je cherche de quoi monter plus haut... Pas facile, entretemps JB m'a rattrapé et on cherche, on cherche... JB craque à 2350m et part, mais je suis encore trop bas ! Il se vachera au pied du Saint Eynard. Après 30min de bataille à regarder les randonneurs au Moucherotte, je trouve enfin une petite pompe pour monter à 2450 : BANZAI, j'y vais !

Je raccroche le Saint Eynard au dessus de la forêt (de toute manière, personne n'est au dessus... cela ne sent pas bon). Quelques 8 plus tard, je suis au dessus de 1000m et décide de filer vers le Manival, de toute manière c'est bien connu, il y a des thermiques tout le long de la crête, je vais me refaire plus loin : QUE NENI ! Même au Manival, cela radasse sec ! Pas moyen de raccrocher le Bec Charvet, je décide de transiter sur Chateau Nardent. Et là une cohue comme je n'en n'ai jamais vue, c'est un BORDEL SANS NOM ! Vite, je me sauve de là et continue pour rejoindre Saint Hilaire. Là, j'entends Rémi et Loubart qui me conseillent de continuer sur les avants reliefs, cela "peut" peut-être sortir à Fort Barraux. De toute manière, je n'ai pas d'autres plans, donc je continue sur ma lancée, mais c'est là encore très difficile de faire du gain pour les transis, cela se joue à vraiment pas grand chose. J'arrive jusqu'à la Flachère mais un poil trop bas pour me refaire sur la mini falaise, je décide de tenter de rentrer à Lumbin sans grande conviction. Finalement, je me vache dans un (grand) jardin, car tous les champs sont soit en culture soit avec les foins. Une fois posé, un petit coucou au proprio avec le sourire et je plie. Donc un vol pas si facile, mais pour une première transition entre le Vercors et la Chartreuse, c'est pas mal.

J'ai regardé la trace du gun avec qui on a commencé le vol et qui était parti en premier sur la Chartreuse : il a fait le même parcours jusqu'à Barraux et réussi à remonter pour passer en Belledonne, donc c'était le bon plan de vol (mais il manque encore un peu de talent ^^).

Après un retour à ma voiture avec un stop, ceux qui ont "essayé" de voler depuis Saint Hilaire ont décidé de tenter un Chamrousse du soir. Je me motive en vitesse pour rejoindre Ju et Rémi à l'attéro. On arrive pour décoller à l'Aiguille à 18h. En l'air Alexis nous nargue ! Rémi décolle le premier. Je pars en second avec Ju juste derrière. On rejoindra directement Alexis pour lui taxer son thermique (le seul du coin) pendant que Rémi remonte péniblement. On arrive ensemble à 2000m et sans concertation, on part tous les 3 vers les pistes pour tenter de monter au dessus de la Croix. Pour y arriver, on sera obligé de jouer à saute-mouton avec les reliefs et finalement atteindre 2500m (Alexis first !) Je serai le dernier, car j'ai été faire un peu de tourisme (passage sous le vent, à l'ombre... sans commentaires). Mais on arrive au pied du Grand Colon. Là encore, c'est bataille ! On joue très prêt de la pente (les pieds dans les cailloux pour moi) pour remonter difficilement au dessus, mais le jeu en vaut la chandelle ! On passe tous au dessus du sommet ! BONHEUR !!!
Ju ira jusqu'au lac Blanc pendant qu'Alexis et moi retournons vers Chamrousse. Un beau glide de retour tout lisse. Alexis posera en haut à sa voiture et moi je vise l'atterro de Saint Martin d'Uriage. Avant de poser, je passe au-dessus du Fort des 4 Seigneurs. Puis je pose dans les orties, la dernière fois c'était les ronces, il y a du mieux ^^. Pour finir avec une bière que Romain aura eu le temps d'aller chercher, merci à lui.

La trace du vol : https://parapente.ffvl.fr/cfd/liste/vol/20281744

Au final 2 jours pas facile, car malgré des belles prévisions avec des plafonds, il aura été nécessaire de se battre pour rester en l'air, mais c'est ce qui rend le vol encore plus satisfaisant, quand ça marche...