Aujourd’hui c’est le jour : grand soleil, peu de vent avec une légère tendance nord-ouest, les plafs montent progressivement à partir de 12h pour arriver à 2500m en milieu d’après-midi.

On décolle à 8 de la Sambuy en face Est à 12h15 avec une bonne 40 ailes. Aujourd’hui le thermique de départ est facile, on monte tranquillement au nuage pour se mettre en stand-by. Puis top départ : direction la dent d’Arclusaz, pour une fois on est au-dessus des crêtes ça fait plaisir.

Départ pour l'Arclusaz par les faces Est du Massif des Bauges

On refait le plaf à la dent en enroulant avec plusieurs vautours et on rentre dans les Bauges : direction le Trélod. On raccroche sur une belle face ensoleillée.

Le Trélod

Comme la brise n’est pas encore présente on tente la face Est : mauvaise idée, on se fait littéralement tarter, catapulter avec du +5m/s. L’aile ferme, shoote : il faut être vigilant la paroi n’est pas loin. On décide (très) rapidement de passer en face Ouest. C’est plus sain et cela monte tout autant.

Le groupe est scindé en deux : 5 à l’avant et 3 encore à l’Arclusaz, ils ont eu plus de mal à refaire le plafond.

Une fois arrivé au nuage, on check si des voiles font du gonflage sur l’atterrissage de Doussard / seulement 2 visibles : on décide de transiter en direct sur la Forclaz. Aujourd’hui on ne passera pas par le Roc des Bœufs. On profite de la vue.

Le beau lac avec la belle aile

Pour raccrocher sous le décollage de la Forclaz, on doit jouer de l’accélérateur, car la brise commence à bien souffler. Mais on arrive à se positionner sur la face bien au vent, on remonte sans difficulté en dynamique puis un généreux thermique nous permet de remonter au-dessus du déco.

Ceux à l’arrière se sont aussi lancé dans la transi sur la même trajectoire.

Nous, on file au Rocher du Roux pour passer sur la Tournette. Tentative en direct par le col, mais le dynamique ne fonctionne pas. Pas grave, on va se refaire au Lanfonnet. Comme toujours c’est « tonique » et en quelques tours on dépasse le sommet de la Tournette à 2400m, une fois au nuage on y retourne sans problème et on se met en attente le temps que le second groupe nous rejoigne. On glisse sous le nuage tranquillement, c’est tranquille. Jusqu’au moment où je me fais subitement aspirer avec une autre aile : problème je ne sais pas où elle est, mais je fais 1 oreille et 360 pour descendre sans les G. Petite frayeur, je vois l’autre pilote à mon niveau qui lui aussi fait la même manœuvre : je stoppe ma descente et je m’écarte le temps de changer de cap et je recommence. Ouf je suis dehors et retrouve mon compère : petit signe de la main.

Le second groupe remonte progressivement et nous 5 on décide de filer vers la montagne de Sulens pour rentrer dans les  Aravis comme point intermédiaire avant de passer sur l’Étale.

Cap sur la montagne de Sulens
Direction l'Étale

On refait le plein avant de passer le col des Aravis, car pendant cette transi on descend bien : -3 m/s tout le long.

Mais le raccrochage se fait bien, il faut « juste » faire gaffe à tous les câbles présents dans le secteur. Et surprise, le second groupe nous a rejoins en passant par la Clusaz, les malins, ils nous ont fait l’intérieur !

Les Aravis avec la Pointe Percée dans les nuages

Puis on file tous les 8 vers la Pointe Percée. Un petit stop sera nécessaire avant d’y arriver mais elle est là !

Maintenant, il faut penser au retour vers la Sambuy. Mais que vois-je ? Sallanches et le Mont-Blanc entre les nuages ! Aujourd’hui on ne s’y pose pas, mais un jour…

Sallanches !

Sur la crête du retour plus de thermique, mais en revanche en plein milieu de la vallée un gros nuage, donc on le vise et on remonte.

On repasse le col des Aravis : toujours aussi difficile de le passer sans dégrader.

Le col des Aravis

On avance et se refait une seconde fois à l’Étale pour faire le max d’altitude du vol 2720m pour moi.

Et on enclenche la dernière transi sur la Dent de Cons. On fera gaffe d’être bien au vent de la brise pour profiter du dynamique sur la face Nord du relief.

Dernière transi sur la dent de Cons

On raccroche en haut plutôt lentement, on sent la brise. Mais pas de soucis, on continue de remonter au-dessus des sapins.

Une fois au-dessus de l’atterrissage de la sambuy, on se remet face au vent pour profiter de la vue sur le lac. Puis retour au plancher des vaches à 18h.

Presque 6h de vol, 2 massifs, 9 transitions et un triangle de 104km !

On a décollé à 8 et on boucle à 8 ! Une superbe journée !

La trace cfd :

La visualisation 3D :

https://ayvri.com/scene/dk3zplnr5x/ckcuvmjr200013a69luusimz5