Samedi 15 Septembre, un petit flux de Nord (pas bien fort) alimente la vallée de Grenoble. Rien de bien méchant mais suffisant pour créer quelques rouleaux sur la crête du Vercors. Sauf que le soleil doit être au rendez-vous ce jour là et la brise de pente qui va avec.

Après un rapide coup d’œil aux prévisions dans la matinée de Samedi, nous partons à deux en direction du Vercors. Après avoir éliminé le Moucherotte à cause d'une orientation limitée du décollage et après avoir éliminé le Pic Saint Michel par manque de verdure pour étaler la voile, nous nous rabattons sur le Cornafion.

L'épaule du Cornafion a l'avantage de proposer plusieurs orientations pour décoller, d'avoir une aire de décollage très large et de se trouver relativement loin des crêtes (évitant les éventuels rouleaux du Nord). Et puis, c'est joli comme coin avec une magnifique vue sur le plateau du Vercors !

Par contre, avec ses 800m de dénivelé et un sentier quasiment dans la pente, la randonnée se fait vite, au détriment de la santé des randonneurs. Il nous aura fallut environ 1h30 pour atteindre l'épaule depuis le parking de la Conversaria malgré les 15kg de matériel (oui, on a un peu cavalé).

A la limite des nuages.

Au sommet, les nuages sont bas commencent à défiler, la brise de pente n'est pas encore en place, nous plaçant sous le vent de la crête. On aperçoit très bien les rouleaux, matérialisés par les nuages passant de la vallée de Grenoble sur le Vercors par les crêtes (cf. photo d'entête).

Vers 14h30, le soleil a tourné et s'est installé. La brise de pente arrive et nous gratifie d'un décollage avec une orientation quasiment parfaite mais surtout d'un flux d'air relativement constant. La brise de pente avait pris le dessus sur le faible Nord.

Parfait pour décoller.

On pouvait voir ces mêmes nuages passant au dessus des crêtes, repoussés plus en arrière vers la vallée de Grenoble puis le Nord-Est reprenait le dessus sur la brise de pente et le nuage nous passait au dessus. Bref, un belle démonstration d'aérologie en montagne (dommage qu'on ait pas une photo le démontrant).

Décollage sous le ciel bleu. Derrière le photographe, il y a plus de nuages.

Ce qui devait n'être qu'un simple vol-rando s'est finalement transformé en 1h30 passé en l'air. Nous avons eu l'occasion de remonter sur le Cornafion et pour JB de passer sur le Pic Saint Michel avant d'aller titiller les arêtes du Gerbier.

La fin fut plus sportive. L'atterrissage fut quelques peu atomique avec des bulles de thermiques apparaissant partout et rendant difficile de se poser sur le terrain. Pour ma part, j'ai fait un petit hors terrain d'une vingtaine de mètres... Mais cela n'enlève rien à ce petit vol fort sympathique.