Cette année, la destination à l'internationale du club était dans les Dolomites et plus précisément au Col Rodella en Italie. Les massifs alentours, dépassant facilement les 3000m, se prêtent à beaucoup d'activités, aussi avons-nous apporter de quoi grimper, marcher en plus du matériel de parapente.

Situé à 7h30 de Grenoble (pas la porte à côté), le Col Rodella offre une altitude intéressante pour le cross en automne ainsi que des panoramas magnifiques. La présence d'une remontée mécanique amenant directement à 2300m d'altitude, à proximité d'un décollage toutes orientations (avec une benne toutes les 15 minutes et 5 minutes pour parcourir les 1000m de dénivelés), nous étions dans un paradis de parapentiste. A tel point d'ailleurs que nous étions loin d'être seuls, surtout les derniers jours...


Afficher une carte plus grande

Sitôt arrivés, nous nous sommes attelé à préparer les derniers préparatifs en vu des prochains jours. Certains ont réglé leur matériel, d'autres ont tenté de communiquer avec l'au-delà des montagnes mais nous avons tous fait nos devoirs en allant reconnaître les atterrissages, les boutiques environnantes ainsi que les tarifs des remontées mécaniques. Nous en avons également profité pour faire un petit tour du village.

Le début de semaine était assez morose pour le vol. Le premier dimanche, nous avons principalement fait des ploufs et du soaring, afin de découvrir les lieux, l'aérologie, les paysages et les Polonais arracheurs de caissons. On retiendra que take off is for take et qu'il faut donc faire attention aux personnes qui décollent 20m au dessus puisqu'il y a un risque qu'ils ne contrôlent pas leur voile et refuse de l'affaler, préférant embarquer les voiles des autres (surtout les caissons) plutôt que de jouer la sécurité.

Nous avons passé lundi à randonner et à faire de la via ferrata. Les plus courageux en auront fait deux et auront couru pour prendre la dernière benne au risque de s'arracher les poumons. Les autres auront simplement fait le tour de la moitié du massif après la via ferrata du matin. Il faut dire que les lieux s'y prêtent bien et que le soleil a été avec nous toute la semaine pour passer nos vacances au grand air.

Le mardi, le vent restait trop fort pour crosser (et mal orienté), aussi après que certains se soient cassés les dents sur deux lieux à visiter qui étaient fermés (le problème d'être sur place hors saison touristique), nous avons passés du temps à faire du soaring et de la pente école sur les pistes de ski de la station, à éviter les canons à neige, les remontées mécaniques et les autres parapentistes en mal de vol.

Le mercredi annonçait le premier jour volable, avec des plafonds à 3000m mais toujours avec une tendance Nord. Les meilleurs d'entre nous ont réussi à sortir pour aller visiter les sommets du Sasso Lungo, massif situé juste à côté du Col Rodella. On retiendra qu'avec le Nord, il y avait quelques rouleaux au sommet qui personnellement ne m'ont pas plus du tout. Mais il fallait bien essayer cette nouvelle Spantik 2 ;-) Et puis sur le trajet du retour, on pouvait faire pas mal d'exercices, l'altitude étant avec nous.

Le jeudi, les plafonds étaient supposés plus bas. Et ils le furent. Par contre, la masse de parapentiste fut nettement plus large. Imaginez 200 voiles au sol et 200 en l'air à prendre le même thermique. L'enfer hein ! Par contre, ça donne des photos pas mal ! Mais aucune envie de se mettre en l'air. Surtout que comme ça ne sortait pas facilement, tout le monde était cantonné au dessus des décollages.

Le jeudi fut également le jour où nous avons mis en pratique les recommandations de la FIVL (la FFVL Italienne) concernant les radios branchées sur un canal UHF des secours. En effet, au décollage Ouest, alors que nous étions en train de nous préparer, un parapentiste (mais pas du club) décolla avec un puis deux puis plusieurs tours de twists. La voile et le pilote allèrent percuter violemment le sol quelques mètres plus loin avant de glisser sur la pente herbeuse sur une centaine de mètres. Quelques membres du club allèrent à sa rescousse et un local appela le PGHM Italien qui vint le chercher dans un très mauvais état.

L'aile et la cuisse à la rescousse

Les autres membres du club qui étaient sur place essayèrent tant bien que mal de faire partir les parapentiste en vol pour laisser la place à l'hélicoptère (ces parapentistes qui ne respectent pas le port obligatoire d'une radio de secours !!). Cela fut un petit échec à tel point que certains des volants se déplaçaient littéralement à une petite centaine de mètres de l'hélicoptère sans s'en émouvoir.

Le vendredi fut LA journée la plus fumante avec 3500m de plafond (et même 3700m pour certains). De quoi faire un sacré tour du coin. Malgré le faux départ de certains en partant vers l'Ouest et les problèmes d'orientation d'un autre qui pensait suivre le groupe en allant à l'Est, nous avons été plusieurs à aller dire bonjour à la reine des Dolomites, i.e., la Marmolada, sommet culminant à 3342m.

Ce vendredi fut également l'occasion de voir un deuxième secours de l'hélicoptère, mais cette fois ci pour une plus banale cheville en vrac. Avec le nombre de parapentiste sur place, c'est un sacré miracle qu'il n'y ait pas eu plus d'accidents.

Bref, on retiendra que le cadre est vraiment magique pour venir en automne. Il faudra peut être éviter la micro Coupe Icare locale qui a lieu le WE d'après la vraie Coupe Icare. Peut être qu'il y aura moins de monde en l'air du coup. Et puis, il faudra penser à prendre plus de matériel pour l'escalade ou autres sports de montagne. Le coin s'y prête très bien. La majorité, si ce n'est tout le monde, a été charmé par ce superbe endroit. Pour sûr, on reviendra !

"Revenez-nous vite !"