L'air se fait lourd en cette période de canicule. C'est peut être ce qui a décidé plus de monde à participer à cette seconde édition du bivouac à la Dent de Crolles organisé par JB. En plus des participants de l'année dernière, on a également eu un biplace et des non volants. Pratique pour redescendre la voiture au Col du Coq ;-) Merci à eux d'ailleurs.

L'atmosphère est lourde et le peu de vent qui arrive ne parvient pas à rafraîchir Grenoble. Tant pis, on va aller voir plus haut si l'air est meilleur. Rendez-vous est donné au Cube, à Bernin pour monter au Col du Coq puis à la Dent de Crolles. D'autres nous rejoindrons soit en auto-stop, soit en partant littéralement de Saint-Nazaire-les-Eymes (1700m de dénivelé quand même), soit par leur propre voiture.

Attiré par la fraîcheur, nous commençons à monter en ordre dispersé, nous arrêtant de temps en temps au détour de l'ombre d'un arbre ou d'une petite falaise. C'est qu'avec 20kg sur le dos (pour moi en tout cas) et des températures toujours aussi élevées, il ne faut pas trop se presser au risque de nager dans ses vêtements.

Et puis, une fois au sommet, il fait enfin bon (avec en prime un petit courant d'air en plus). Il fait tellement bon qu'on passe une bonne partie de la soirée peu vêtu, c'est dire. L'iso 0°C est à 4700m ce soir là. Cela signifie qu'il fait 0°C à 4700m (si vous n'aviez pas compris), 15°C à 3000m et donc environ 20°C à 2000m, altitude de la Dent de Crolles. Je crois que j'ai exagéré en prenant mon duvet -5°C, je vais cuire à l'étouffée cette nuit...

Quelle chaleur à 2000m à 21h !

On avait prévu un apéro-dînatoire (ça fait très bourgeois comme terme mais on s'est régalé quand même). On a même pris un peu de neige dans un trou que l'on a monté à la croix pour mettre la bière au frais. Le repas est plantureux. Comme d'habitude lorsque chacun ramène un peu pour tous, on se retrouve à avoir plus de nourriture qu'il n'y a de participants.

Ça chante, ça joue de l'harmonica, ça picole du Porto (en plus de la bière), ça discute avec des non parapentistes (quelle idée !), ça parle Allemand (avec un groupe de volants Allemand) et puis ça regarde Romain décoller le soir même (contraintes professionnelle obligent). Et tout ça dans la bonne humeur. Et puis à un moment, il est temps d'aller dormir, alors chacun se cherche un coin, sur les cailloux ou dans l'herbe, dans la pente ou dans un endroit un peu plat. Et enfin le silence se fait.

Le matin, le soleil nous lève vers 5h30. Pas une once de rosée sur le sol, ce qui est assez inhabituel. Après avoir regardé Franck et son passager partir vers 6h, les trois derniers volants que nous sommes décident de se mettre en l'air à partir du décollage Nord de la Dent de Crolles (il y avait une petite composante d'Ouest au sommet). Pas de problème, l'Ouest nous permet d'arriver au niveau du col (celui avant le Rocher du Midi) avec plus de gaz que d'habitude. Il est plus facile de passer dans la vallée.

S'offre à nous alors les majestueuses face Est de la Dent illuminées par une lumière matinale rasante et apportant toute sa palette de couleur d'un soleil levant sur le rocher. Quelques bulles nous accueillent gentiment. Arrivé au dessus de Chateau Nardent, on abandonne Alexis (qui va s'essayer sur un atterrissage proche de chez lui) et JB et moi-même prenons la direction du Cube.

Le posé se fait sur un sol couvert de rosée, nous obligeant à faire sécher les voiles un instant sur le parking. Finalement nous plions vers 7h30. Bon et bien direction le boulot...