Parce que l'aile n'est rien sans la cuisse, nous avons décidé de les renforcer en partant faire un petit bivouac en Chartreuse. Les six courageux qui ont osé marcher pour monter ET descendre (plutôt que de le faire en volant) en sont revenus avec des paysages plein les yeux et des souvenirs plein les poches.

Ce week-end du 15 Août, il fait beau mais les conditions ne sont pas fameuses pour voler. A défaut de sortir l'aile, on va donc faire fonctionner les cuisses. Le cheminement est le suivant : départ de Saint Hilaire (du bas des pistes) et montée par le Pas de Rocheplane ; Bivouac côté Chartreuse ; Col de Bellefont (et dôme pour les courageux) ; Aulp du Seuil et retour à la voiture par les chemins forestiers.

Pour des gens qui se motivent à la dernière minute (ou qui n'ont pas l'habitude de dormir dans la nature en montagne), la logistique est un peu plus compliquée. Il faut une tente, un matelas, un duvet, des habits chauds et de l'eau (il y a très peu de point d'eau en Chartreuse). Il faut également de la nourriture pour le soir, le petit déjeuner et éventuellement le repas du lendemain midi. Et enfin, un grand sac dans lequel tout mettre !

Après quelques discussions et arrangements, nous arrivons à rassembler tout ce qu'il faut pour 6 personnes. Certains dormiront dans une tente, d'autres à la belle étoile (uniquement moi d'ailleurs). On regarde sur la carte les coins qui pourraient accueillir des tentes et on se remémore, pour ceux qui sont déjà allés dans ce coin ou l'ont survolé, les quelques prairies où poser nos sacs le soir. Enfin, on consulte la météo qui nous annonce un vendredi et un samedi correct, sans pluie avec des vents qui arrivent en fin d'après midi le samedi.

En route donc pour cette nuit magique ! Nous nous arrêtons au parking au pied des pistes. Le soleil tape fort, il est 16h. Nous avons 1000m de dénivelé positif à faire aujourd'hui mais une grande partie se fera dans la foret. Et puis c'est une face Est donc le soleil va laisser place à l'ombre de la Dent de Crolles un peu plus tard. Un plan parfait !

Par contre, le chemin ne fait aucun virage et monte droit dans la pente. C'est ce qu'on appelle un chemin « efficace ». Nous avons bien dû fait 400-500m/h (pour 2h30 de marche) avec nos sacs un peu lourd. Nous débouchons finalement au Pas de Rocheplane vers 19h. Mais le plus dur reste à faire, trouver un « spot » pour planter le campement...

C'est la saison des alpages et qui dit alpage dit aussi patous et moutons... Deux troupeaux règnent en maître dans le secteur dans lequel nous sommes, laissant leur marque un peu partout. Mais un point apparaît sur la carte, le point se trouvant à 1694m à l'Ouest du Pas de Rocheplane (et 200m en dessous). C'est ici que nous avions vu un feu il y a quelques mois de cela (ce qui est bien sur interdit dans la réserve naturelle de Chartreuse).

Content de trouver enfin un endroit superbe (après une heure à tourner), nous plantons les tentes pour notre bivouac avec un soleil couchant en fond qui nous apporte de superbe images. Une fois le campement posé, nous mangeons ensemble. Rien de bien élaboré mais suffisant pour remplir l'estomac.

La lune était pleine cette nuit là mais hélas notre photographe attitré s'est assoupi (ou a perdu patience) en l'attendant. Aussi nous n'avons que des photos du soleil et des autres étoiles mais pas de la douce Séléné. Ou alors il fallait dormir à la belle étoile (comme moi quoi) et pas dans une tente qui faisait occlusion complète à la lumière extérieure (petite pique à l'attention de notre photographe bien sur).

Le lendemain nous nous réveillons avec le levé d'Hélios. La nuit n'est pas aussi reposante que dans un vrai lit mais ce n'est pas grave, l'expérience vaut le détour. Nous déjeunons et plions les tentes avant de nous remettre en route.

Le sentier en foret serpente entre les lapiaz et les trous du massif de Chartreuse avant de déboucher dans un prairie au pied du Col de Bellefont. Notre seul dénivelé positif de la journée se fait ici. Mais il est très faible au regard de l'effort d'hier, seulement 250m. Les courageux (et ceux qui n'ont pas de problèmes articulaires) sont monté au Dôme de Bellefont admirer le paysage de la vallée du Grésivaudan.

Nous arrivons ensuite à l'Aulp du Seuil où les vaches (les animaux, pas les atterrissages de secours) ont leur quartier d'été et où les randonneurs à la journée s'amassent pour contempler les falaises des hauts plateaux de Chartreuse. C'est notre chemin de descente pour la vallée. Le chemin louvoie entre les falaises, toutes plus majestueuses que les précédentes. Mais il n'est pas aussi raide que la veille. Chacun progresse à son rythme pour ne pas trop solliciter les articulations et arriver en un seul morceau à la voiture.

Finalement, nous arrivons vers 14h au parking et nous restaurons à l'Attero (pour revenir aux sources du parapente) afin de partager nos impressions sur ce voyage d'une nuit. La boucle fut magnifique avec des gens formidables (oui, on se trouve formidable entre nous dans ce club sauf...) bien qu'un peu trop courte aux dires de certains. Promis, on y retournera mais avec des parapentes cette fois ci ! Le prochain objectif est de faire la même sans descendre à pied.